Queer[ed] Design / APA504-604 / saison 3

Contenus à venir !

Cette page est dédiée à Queer[ed] Design, saison 3.

Vous pouvez télécharger le syllabus.
Le syllabus vierge est également disponible si vous voulez tracer vos propres cartographies.

L’interface Queer[ed] Design permet de retrouver les plateaux du cours de manière interactive.

Saison 3

La saison 3 est en fait la quatrième mouture du cours.
Le mouvement social qui a traversé l’université du Mirail dès décembre 2017 puis les Universités françaises au printemps 2018, ont eu pour conséquence l’interruption du cours cette année-là.
En raison de ces événements et de leur suite, j’ai choisi d’intituler la saison 3 “saison 2bis”, soit une manière de retenir et prendre en considération ce temps, et de continuer à le penser au fil du cours. Je reprends le compte normal (diantre !) des saisons, pour cette saison 3 qui sera double, en 24 cours au lieu de 12.

Résumé

Queer[ed] Design souhaite incarne une ambition, celle d’une rencontre entre la discipline du design et les théories queer (queer theory), qui peut autant nous amener à penser les identités non-normatives qu’à engager un geste plus global de trouble faisant plier les normes, ou investissant leurs creux. Si nous aborderons d’abord la question des processus de normalisation des corps et des existences dans lequel le design joue un rôle – discret ou criant – nous tâcherons ensuite d’envisager la portée d’une théorie du design située, capable de saisir les processus de production, la vie politique des espaces, objets et images pour en saisir les dimensions de race, de genre, de classe, de « validité », etc. Les questions de discrimination seront centrales, mais nous parlerons aussi plus largement de la façon dont nos identités sont produites, mises au travail, et peuvent constituer une valeur mise ou remise en circulation par des projets de design.
En utilisant notamment le concept de dispositif, je poserai le cadre de cours comme celui d’un apprentissage en acte(s), enrichi par les échanges et la conversation. Nous parlerons ainsi autant des vécus minoritaires (LGBTQI+1, et/ou POC2 notamment) que de l’investissement critique et pragmatique du terme « queer », pour penser, créer et vivre.
1 LGBTQI+ = Lesbiennes, Gays, Bi/e/s, Trans, Queer, Intersex, et. al.
2 POC = acronyme américain désignant les personnes racisées, dites en anglais « People of Color ».

Cours #10 | Les multiples visages de la servitude domestique (4) : la housewife rationalisée, robotisée, électrisée

Sur Netflix, le documentaire Miss Representation, par Jennifer Siebel Newsom
Sur Netflix, un documentaire complémentaire du précédent par la même réalisatrice, The Mask you Live In.
Ovidie, documentaire À quoi rêvent les jeunes filles.

Cours #9 | Les multiples visages de la servitude domestique (3) : du service racisé aux petits génies robotiques

Paulette Bernege & Georges Ribeill « Le tuyau : élément essentiel de civilisation », Flux, numéro spécial, 1989. pp. 57-74.
Article « Pour des pratiques domestiques sorcières - Les bons génies du placard à balais selon Clément Rosenberg » , sur la revue Strabic.
Article « Les dernières brosses », rencontre entre Clément Rosenberg et Pierre Poignavent, brossier ; Danièle Quemper Nguyen, secrétaire générale de la FFB, et de Muriel Rousseau, historienne des techniques et commissaire de l’exposition Du Ménage à l’Art, sur la revue Strabic.
Voir le Semiotics of the Kitchen de Martha Rosler, 1975.

Point sur l’évaluation : il s’agira d’une évaluation en deux parties.
La Partie 1 vous est donnée en avance pour préparation.

Partie 1 - Une question de dissertation au choix parmi les trois suivantes :
• En quoi le concept d’externalisation intéresse-t-il le design ?
• En quoi le concept de logis ou maison vous semble-t-il lié à la question du genre ?
• Le design peut-il nous libérer de la charge mentale ?

La partie deux sera une question de connaissances.

Cours #8 | Les multiples visages de la servitude domestique (2) : « mammies » & service racisés

Jules Falquet et Nasima Moujoud, « Cent ans de sollicitude en France », in Agone #43, Comment le genre trouble la classe.
Un flyer explicatif (PDF à télécharger) sur les luttes autochtones et comment être un/e allié/e, publié par le Montreal Urban Aboriginal Community Strategy Network.

Cours #7 | Les multiples visages de la servitude domestique (1) : les nouveaux majordomes

Chapitre un de De la marge au centre de bell hooks, « Femmes noires : façonner la théorie féministe » ; à observer notamment, la critique sur les propos de Betty Friedan.
Projet photo avec Sue Ying-Lee + Jennifer Davis (canadiennes, curatrices).
Un podcast, Pimentépisode sur l’expression “nègre de maison”, sa complexité, ses connotations, son histoire.
Une micro-intro au Bumidom par Brut.

Et deux références deux films auxquels je n’ai pas accès en version complète ; mais vous pouvez visionner les bandes annonces :
 
Maher Abi Samra, A Maid for Each
 
Gabriel Mascaro, Housemaids

Cours #6 | La domesticité implique-t-elle la servitude ?

Un article que j’ai écrit sur Deliveroo et consorts, “Done by app” : du design de services au quadrillage du réel”, disponible sur HAL.
La bande dessinée d’Emma sur la charge mentale
Un épisode des Pieds sur terre sur France Culture, “La manif des livreurs à vélo”.

Cours #5 | Construire et habiter la maison féministe

Extrait de Mona Chollet, Chez soi, une odyssée de l’espace domestique, chapitre 5, “Métamorphoses de la boniche”.
Geneviève Fraisse, interview dans L’Humanité au sujet du service et de la servitude.
Article « Comment l’impératif écologique aliène les femmes », Nora Bouazzouni, Slate.fr
Table ronde “Qu’est-ce que l’échange économico-sexuel ?” à la BPI, avec
Philippe Combessie, Catherine Deschamps, animée par Mathieu Trachman au sujet du travail de Paola Tabet.
Voir le Film Stepford Wives, version de 1972
Revoir la vidéo du Family Hub/Bixby de Samsung.

Cours #4 | La “maison féministe” : héritages de seconde vague

Betty Friedan : un extrait de The Feminine Mystique, 1963.
Simone de Beauvoir : un extrait de Le deuxième sexe. I : Les faits et les mythes, Paris : Gallimard, coll. « Folio Essais », 1976[1949], p. 222-235. PDF à télécharger.
Promenez-vous sur le site de l’oeuvre WomanHouse

Cours #3 | quelques bases pour construire la “maison féministe”

La conférence TedX de Chimamanda Ngozi Adichie, qui a donné l’ouvrage We Should All Be Feminists, 2014.
Sur Netflix : Les suffragettes ; à mettre en friction avec cet article :
« ‘Les Suffragettes’ est bon pour le féminisme blanc, mauvais pour l’intersectionnalité ».
Vidéo Le masculin l’emporte sur le féminin, Karambolage, ARTE, 11 mars 2019
Article « TRIBUNE. “Nous savons ce que nous devons à #BalanceTonPorc” : des militantes féministes déplorent la condamnation de Sandra Muller pour diffamation », relayée par France Info.
La carte des féminismes (imparfaite, bordélique, c’est normal !)

Cours #2 | mais au fait, que veut dire « queer » ?

Sara Ahmed, traduction de Cristelle Bonis, Les rabat-joie féministes (et autres sujets obstinés).
Le tract de 1990, “Queers read this!”.
Sur Netflix : Les féministes : à quoi pensaient-elles ?, Johanna Demetrakas (2018)
Sur Netflix : Marsha P. Johnson : Histoire d’une légende, David France (2017).
Podcast Les couilles sur la table, premier épisode avec Virginie Despentes, voir les trois suivants.

Cours #1 | intro + la question épineuse des toilettes

contenus à voir et lire pour le cours 2 :
La licorne du genre (regarder, mais aussi lire la page complète) + La Personne Gingenre ou Genderbread Person.
Sur Netflix : She’s Beautiful When She’s Angry, Mary Dore (2014)
Création sonore arte Radio : “Ça m’énerve ça en France” : sur la notion de “l’Homme” et “le masculin l’emporte”, par Carla GREEN.
Comme amorce à la discussion, sur la question des hommes face au (ou avec le ?) féminisme  : UT7, « Ce qui se passe en moi quand une femme me parle de sexisme », janvier 2019.
Voir et discuter cet extrait de la série Transparent (2014), saison 1.
Comment qualifiriez-vous la situation décrite ?
À votre avis, quel élément disruptif démarre la situation de conflit ? Ce conflit a-t-il un rapport avec le design ?
À votre avis, cette scène aurait-elle pu se passer n’importe où ? Si non, dans quels autres lieux Moira aurait-elle pu être interpellée ?
Pensez-vous que la situation se serait déroulée de la même manière si Moira avait été un homme trans avec ses fils cisgenre dans les toilettes des hommes ?